actualités

Réunion de concertation sur le suicide organisée par la direction de la Gendarmerie

Elle était très attendue par certaines APNM, dont l’association professionnelle nationale militaire GENDXXI. Il est dès à présent convenu que participeront à cette réunion, Jean-Pierre Bleuzet, vice-président et David Ramos, membre du conseil d’administration GENDXXI, tous deux militaires d’active.

Ces deux représentants interviendront à La Tribune en tenue, démarche forte et symbolique. C’est une première pour les APNM lors d’une réunion officielle ! Preuve que la situation est prise très au sérieux. Ils s’exprimeront devant l’ensemble des commandants de région zonaux et leurs conseillers concertations.

Il est également à noter que le groupe de liaison du Conseil de la fonction militaire de la gendarmerie (CFMG) assistera à cette réunion.

Trois thématiques majeures vont être développées lors de cette assemblée.

1/ L’acte suicidaire et le phénomène en Gendarmerie ? Il est déjà prévu que ce soit Jean-Pierre Bleuzet qui interviendra pour le compte de GENDXXI
2/ La deuxième thématique portera sur « la façon d’évoquer les suicides en externe et en interne. » David Ramos participera à cette table ronde.
3/ La troisième abordera la lutte contre les « suicides », sujet on ne peut plus brûlant. On ne peut pas dire que les dernières concertations ont apporté des solutions, à la lumière de leurs débats, et donner une véritable orientation de travail. Les  résultats de cette nouvelle concertation sont donc très attendus.

Le dernier grand dossier du général Lizurey ?

Le général Lizurey, dernièrement reconduit à la tête de la Gendarmerie nationale pour une durée d’un an, tient-là son dernier grand dossier au regard de ce qu’attendent de lui de nombreux gendarmes et citoyens français. C’est sur ce type de problématiques que la postérité dira si sa carrière aura été un succès ou bien un échec. Car il est à présent évident que les suicides (30 gendarmes depuis le début de l’année) sont LE grand problème actuel de la gendarmerie. Le sentiment que ces hommes et que ces femmes meurent dans l’ignorance et l’indifférence la plus totale. Ce fléau reste un drame pour les familles et une douleur vive pour les collègues qui y sont confrontés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *