Audition du général Lizurey - GendXXI a trouvé que l'audition était très tendue

L'audition au Sénat du général de corps d'armée, Richard Lizurey, patron des gendarmes, marque un tournant dans l'appréciation de la situation du point de vue de la Gendarmerie Nationale. S'il "assume" le recrutement d'Alexandre Benalla, GendXXI (association professionnelle militaire) estime que le fait d'assumer le recrutement en soi est tout à son honneur, mais que l'inclure dans la réserve spécialisée était une erreur. GendXXi nous éclaire sur la situation concernant cette affaire et nous apporte son expertise pour aller plus loin en rappelant que de vrais problèmes restent à traiter.

 

Jérémy Armante (le Pandore et la Gendarmerie) :

- Nous aimerions connaître votre réaction, suite à l'audition du général Lizurey au Sénat ?

 

Frédéric Le Louette (président de GendXXI) :

GendXXI a trouvé que l'audition était très tendue malgré l'habitude du directeur général Richard Lizurey. Il est pourtant rôdé à ce genre d'exercice. Nous sommes déçus des réponses sur le volet GSPR où le DGGN s'est beaucoup réfugié derrière le secret et sa non responsabilité. Nous espérions un éclairage sur les conditions de travail, visiblement difficiles de nos camarades.

 

Le Pandore :

- Le général Lizurey, indique entre autre chose, que c'est lui qui avait attribué son grade à Alexandre Benalla. Ce n'est pas tout à fait ce qui avait été dit au départ par certains médias. Un recrutement utile ?

 

GendXXI :

GendXXI continue de penser que le recrutement de Mr Benalla dans la réserve spécialisée était une erreur. 
Recruter un "sachant" dans le domaine de la garde des emprises et des personnes ne nous semble pas justifié.
Les compétences en interne dans ces domaines nous paraissent largement à la hauteur. Nous avons des référents sûreté dont l'expertise est unanimement reconnue tant au plan local qu'au niveau interministériel. Nos TEASS (Techniciens d'escorte d'autorité et de sécurisation de site) sont également très performant dans leur domaine de compétences. Le signal envoyé à nos techniciens est très mauvais.
 

GendXXI : "Le Directeur Général assume le recrutement d'Alexandre Benalla et c'est tout à son honneur. Assumer n'est pas facile dans la tourmente."

 

Pour GendXXI, le directeur général assume le recrutement d'Alexandre Benalla et c'est tout à son honneur. Assumer n'est pas chose facile dans la tourmente. Toutefois, le grade temporaire accordé à Mr Benalla n'est pas logique au vu des besoins. Recruter quelqu'un dans une réserve aussi particulière, à un grade aussi élevé, sans l'employer conduit forcément à des suspicions dont la gendarmerie n'avait pas besoin. Nos réservistes font un travail remarquable. Nous devons rappeler sans cesse leur nécessité, la force de leur engagement et les remercier pour ce qu'ils apportent à la gendarmerie et à la sécurité publique.

Le Pandore : 

- Il endosse certaines responsabilités dans l'affaire Benalla. est-ce selon vous pour protéger le Président Emmanuel Macron ? Risque-t'il d'être un fusible ou de faire partie du jeu des chaises musicales ?

 

GendXXI :

Allons non...Le "rôle" de la gendarmerie dans cette affaire est marginal. Mr Benalla n'a pas agi comme réserviste de la gendarmerie. Il n'était pas employé par la gendarmerie. Le DGGN prend sa part de responsabilité. C'est courageux mais sa part de responsabilité est très faible au vu de l'ensemble de l'affaire. La gendarmerie n'est pas en danger. Pas besoin de parapluie ou de fusible chez nous. Le DGGN ne me semble pas en danger. Je pense qu'il a la confiance des responsables politiques comme celle de la majorité des gendarmes.

 

Le Pandore : 

- Avez-vous quelque chose à ajouter ou souhaitez-vous réagir sur un point qui nous aurait échappé ?

 

GendXXi :

Pour GendXXI la Direction Générale de la Gendarmerie a bien tenu sa place sur l'affaire "Benalla" maintenant il faut revenir aux sujets majeurs notamment :
- Les évolutions pour les CSTAGN à qui la DGGN ne dit toujours rien. Elle doit faire mieux et réagir rapidement;
- Les unités motocyclistes qui doivent être mieux protégées et valorisées;

- La problématiques des suicides pour laquelle nous attendons toujours des mesures fortes.

 

 

  Frédéric Le Louette est sous-officier de gendarmerie (GM), membre du CFMG     (conseil   de la fonction militaire de la Gendarmerie) et président de GendXXI :

  "Association professionnelle nationale des militaires de la gendarmerie du XXIème 

  siècle"

  Consultez le site de GendXXI en cliquant ici

 

 

 

© Entretien exclusif Le Pandore et la Gendarmerie 

© Photos : le pandore et la gendarmerie - Frédéric Le Louette

 
Partagez avec vos amis :
Plus d'articles “actus”

Autres articles “actus”

Le Pandore et la Gendarmerie - Copyright 2017 Mentions Légales