actualités société

Coronavirus: la police et la gendarmerie encore en première ligne

Très sollicitées dans les jours à venir, les forces de l’ordre doivent rester opérationnelles malgré le risque de contagion. En cas de confinement, policiers et gendarmes devront, comme leurs homologues italiens et espagnols, assurer son respect.

Ces derniers jours, tous les services, de la brigade ou du commissariat de quartier aux services de renseignement ou d’intervention, ont été confrontés à cette nécessité de réviser les tableaux de service, de se préparer au choc.

La gendarmerie a mis en place un plan de continuité avec report de repos ou de permissions, appel possible à des réservistes et annulation éventuelle de missions non prioritaire. Egalement mobilisée la brigade numérique joignable à tout moment via internet et les réseaux sociaux.

Reste bien sûr à préserver la santé des personnels concernés. Et, sur ce plan, le virus ne faiblit pas. En quelques jours plusieurs fonctionnaires de
police ont été testés positifs au coronavirus.

A chaque fois, ces contaminations entraînent le confinement des collègues des policiers touchés, soit au total des centaines de fonctionnaires.

Les gendarmes sont également touchés, 350 confinés, huit malades selon les chiffres obtenus par France Info ce lundi 16 mars.

Toutes les enquêtes hormis celles « nécessitant une réponse judiciaire rapide » sont différées.

Au ministère de la Justice on insiste sur « l’adaptation de l’activité pénale et civile des juridictions aux mesures de prévention et de lutte contre la pandémie Covid-19″. »

Il conviendra de limiter les interpellations en la forme préliminaire aux procédures présentant un degré d’urgence ou de gravité justifiant un traitement diligent », indique la circulaire diffusée par le ministère samedi 14 mars.

Pour les affaires qui n’ont pas de caractère d’urgence, les auditions et les convocations sont donc reportées et le enquêtes mises entre parenthèse.

Côté prison, dès ce lundi, les transferts de détenus d’une prison à l’autre seront limités, tout comme les activités et les mouvements au sein des établissements pénitentiaires.

Les promenades et les activités sportives en plein air ou en espace non confiné seront pour leur part maintenues. Les parloirs seront eux aussi impactés par les mesures adoptées pour lutter contre la propagation du coronavirus. […]

SOURCE : LE FIGARO/ Le Monde/FRANCE INFO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *