sur

En Normandie, des gendarmes mettent un coup d’arrêt aux voleurs de grosses cylindrées

Trois jeunes normands comparaitront le 14 janvier devant le tribunal correctionnel de Lisieux soupçonnés d’avoir dérobé 24 voitures allemandes à Deauville, Trouville, Honfleur et dans l’Eure, pour un montant évalué à quelque 600 000 euros. Ont-ils utilisé des drones ?

Trois jeunes gens considérés comme des spécialistes du home jacking, interpellés mi-décembre 2021, seront jugés en comparution immédiate.

Selon les enquêteurs et la justice, ils auraient volé au moins 24 voitures allemandes (Audi A3, A6 et BMW) de grosses cylindrées et haut de gamme dans le Calvados (à Deauville, Trouville, Honfleur, la Côte fleurie) et une dans l’Eure.

Des cambriolages très ciblés

Ces trois Calvadosiens, dont deux sont placés en détention provisoire, sont défavorablement connus des autorités judiciaires.

Les gendarmes de la Section de recherches de Caen, saisis de l’enquête à partir d’octobre, ont pu imputer à ce trio ces vols très ciblés réalisés en seulement quelques semaines. Au total, le préjudice est évalué à plus de 600 000 euros.

Drone ou pas drone ?

Selon le journal le Parisien, ces habitants d’Honfleur utilisaient des drones pour mieux opérer et, ainsi, procéder à des repérages en toute discrétion, avant de pouvoir pénétrer nuitamment dans les maisons et y dérober les clés des véhicules.

Une nouvelle méthode supposée que n’ont finalement pas déterminée les enquêteurs de la Gendarmerie. « Nous avions cet élément au début de nos investigations mais il n’a pas été confirmé. Aucun drone n’a été retrouvé lors des perquisitions », explique le colonel Bruno Langlois, à la tête de la section de recherches.

Une bande organisée à Rouen

« Les véhicules dérobés servent à honorer des commandes de véhicules volés à des fins criminelles pour une bande organisée rouennaise », ajoute par ailleurs la Gendarmerie.

L’opération judiciaire déclenchée le 14 décembre 2021 avait mobilisé 60 militaires des groupements de gendarmerie départementale de l’Eure et du Calvados, de la Section de Recherches de Caen et de Rouen, mais également trois pelotons de surveillance et d’intervention et une équipe cynophile.

SOURCE : PARIS NORMANDIE

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par pandore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les dealers écoulaient des sachets de cannabis “Haribeuh”

Soupçonné d’être l’un des voleurs d’un député suppléant, il tire sur un gendarme venu l’interpeller