sur

Enseignants tués dans les Hautes-Pyrénées : trois semaines après, Cédric Tauleygne reste introuvable

Cédric Tauleygne aurait tué par balle sa femme et l’homme avec qui elle s’était rapprochée. En fuite, le principal suspect se cacherait dans les montagnes espagnoles

Trois semaines après l’assassinat de deux professeurs du collège Desaix de Tarbes (Hautes-Pyrénées), Cédric Tauleygne, le principal suspect reste toujours introuvable . L’ancien réserviste de la gendarmerie et de l’armée aurait tué Aurélie Pardon, sa femme, et Gabriel Fourmigué à Pouyastruc, parce qu’il ne supportait pas le rapprochement sentimental qu’il y aurait eu entre les deux professeurs.

Les polices française et espagnole sont toujours à la recherche d’indices sur le suspect du double meurtre des enseignants près de Tarbes, Cédric Tauleygne, un Béarnais qui travaillait à Bordes.

Cédric Tauleygne est le principal suspect dans le double assassinat d’Aurélie Pardon, son ex-conjointe, et de Gabriel Fourmigué.
DR/Gendarmerie

Au plus fort de la traque, les forces de l’ordre focalisaient leurs recherches dans les Pyrénées espagnoles. Son portable a bipé une dernière fois près de la ville de Jaca dans la région d’Aragon. Un premier contact par SMS a été établi entre un négociateur et Cédric Touleygne. Selon « la Dépêche du Midi », la moto du fuyard a même été retrouvée un jour après les faits, par un habitant, « au puerto de Oroel », un col pyrénéen situé à une trentaine de kilomètres de la frontière franco-espagnole.

D’après « la Dépêche du Midi », Cédric Tauleygne aurait également eu des soucis sur son lieu de travail. Un incident aurait éclaté entre ce salarié de Safran Helicopter Engines et ses supérieurs hiérarchiques. Ouvrier sur une ligne de fabrication de pièces détachées, il aurait été déplacé par sa hiérarchie sur un autre poste qu’il ne voulait pas. « Il était en boucle depuis plusieurs semaines sur ça », explique l’un de ses collègues au quotidien. Il en serait presque venu aux mains avec l’un de ses chefs quelques jours avant le drame. Absent de son travail le jour des meurtres, un collègue lui aurait alors téléphoné. Appel que Cédric Tauleygne aurait pris en prétextant un arrêt maladie.

SOURCE :  SUD-OUEST/ La DEPÊCHE du MIDI

Écrit par pandore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tour de France féminin : le grand départ c’est pour demain 24 juillet – SOURCE : GENDinfo –

Carburants : les Français favorables aux 110 km/h sur autoroute