sur

Fouille générale par la police et la gendarmerie dans un lycée breton

Une surprise de taille attendait les élèves et le personnel du lycée Fulgence-Bienvenüe, à Loudéac, vendredi 13 janvier 2023, à la sortie des cours.

Une fouille générale à été organisée par les gendarmes de la brigade de Loudéac, conjointement avec la police municipale et une équipe cynophile venue de Saint-Brieuc.

Les forces de l’ordre ont déployé un important dispositif dès 16h dans l’après-midi, installant des points de contrôle à au moins trois sorties du lycée, les deux principales, vers l’arrêt des cars, vers le stade Louis Chevé, ainsi qu’à la sortie habituellement utilisée par les professeurs pour rejoindre leurs voitures sur le parking.

A chaque sortie 4 ou 5 policiers ou militaires étaient présents, fouillaient systématiquement les élèves en leur demandant de vider leurs poches. Le chien de l’équipe cynophile reniflait les sacs et valises des élèves internes regagnant leurs foyers.

C’est à la demande du chef de l’établissement que cette fouille a été menée.

« C’est la pédagogie qui est importante dans ce type d’opération, explique le proviseur Vincent Chapin.

« Il s’agit de rappeler à chacun que l’on ne peut pas, sans risques, faire rentrer au lycée des objets ou des substances interdites. On a rassuré les élèves et le personnel et tout s’est très bien passé. » 

Le proviseur se réjouit par ailleurs du fait que les fouilles n’ont, au bout du compte, “ pas donné grand-chose “.

SOURCE : LE COURRIER indépendant
Crédit photo d’illustration Toulouse7.com

Écrit par pandore

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Cela me semble une bonne démarche pour anticiper et avertir les jeunes gens qui auraient des envies de deal ou de port d’objet dangereux à l’intérieur de l’établissement .
    Je pense que les parents ont apprécié cette initiative

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nouvelle-Aquitaine : 137 kilos cannabis saisis

Un partenariat signé entre la SPA et la police