dans

Un homme tué par balle dans le Genevois français par un gendarme lors d’une intervention

C’est à 04h20 dans la nuit de dimanche à lundi 5 juillet, route de la Croix, proche du cimetière que les faits se sont déroulés. Selon le procureur de Thonon-les-Bains Bruno Badré, un agent d’une société de surveillance a signalé la présence d’un véhicule suspect et de plusieurs personnes susceptibles de commettre des vols de motos. L’agent de sécurité a alors appelé la gendarmerie. 

A l’arrivée des gendarmes, les individus suspects ont pris la fuite en voiture. C’est à ce moment là qu’un militaire a tiré et blessé mortellement le conducteur. 

Deux enquêtes ouvertes

Une enquête a été ouverte pour tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique, association de malfaiteurs, refus d’obtempérer avec mise en danger, vols en réunion. Cette enquête a été confiée à la section de recherches des Savoie. Un autre homme qui pourrait être l’occupant de la voiture et qui avait réussi à prendre la fuite a été interpellé peu après. Il a été placé en garde à vue.

Une autre enquête est ouverte concernant le gendarme qui a tiré. Cela fait partie de la procédure habituelle dès qu’un policier ou un gendarme blesse mortellement un suspect. Cette enquête est ouverte pour violence ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Elle vise à préciser les circonstances de l’usage de l’arme, c’est le IGGN, l’Inspection générale de la Gendarmerie nationale, qui est chargé de ce volet de l’affaire. 

L’auteur du tir a été placé en garde à vue dans le cadre de cette procédure.

Les investigations vont se poursuivre sous la direction du pôle criminel du parquet d’Annecy.

SOURCE : France BLEU

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par pandore

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement et hélice ;

0

Avant l’arrivée du Tour de France en Isère, la gendarmerie rappelle les règles pour éviter un accident

Orne. Il percute un gendarme : écroué dans l’attente de son procès

Affaire Mila: 12 cyberharceleurs condamnés à des peines de 4 à 6 mois de prison avec sursis