renversé par un fourgon qui a pris la fuite, dans la nuit de vendredi à samedi, lors d'une opération à Bron
actualités société

Un policier de 45 ans décédé

Un fonctionnaire de police, renversé par un fourgon qui a pris la fuite, dans la nuit du 9 au 10 janvier lors d’une opération à Bron, dans la banlieue de Lyon est décédé le 13 janvier des suites de ses blessures.

La victime appartient au Groupe d’appui opérationnel (GAO),  qui aide lors d’interpellations délicates et dangereuses. Depuis les faits, il était en état de mort cérébrale.

Intervention dans le cadre d’une affaire de vols

Les policiers de la sûreté départementale intervenait en opération de surveillance sur un fourgon suspecté d’être lié à une affaire de vols aggravés en bande organisée, plus précisément « du vol de fret et des vols à mains armées », a indiqué le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

Les policiers avaient en effet constaté un vol en flagrant délit dans un camion stationné sur une aire de repos de l’autoroute A43 dans le secteur de l’Isle-d’Abeau. Ils avaient ensuite suivi les deux véhicules en cause : le fourgon et une Renault Megane. 

Les deux véhicules quittent l’aire d’autoroute puis se séparent. Vers 2 heures du matin, les policiers ayant alors tenté d’immobiliser la camionnette alors que celle-ci sortait de l’autoroute au niveau de la commune de Bron.

Trois véhicules de police se placèrent à l’avant et à l’arrière du fourgon. Un des policiers était sorti de son véhicule pour interpeller les occupants. C’est alors que la camionnette a fait marche arrière, a percuté les véhicules de police puis foncé sur le fonctionnaire avant de prendre la fuite.

Selon nos informations, la camionnette a été retrouvée depuis à Villeurbanne, vide. Le conducteur de l’autre véhicule qui aurait participé au vol, a, lui, été interpellé à 3h20. Il a été placé en garde à vue. 

Deux enquêtes ouvertes

Le parquet a annoncé l’ouverture de deux enquêtes, l’une pour « vols aggravés en bande organisée », l’autre pour « tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique ». 

Entre la vie et la mort

Le policier avait été transporté dans un état très grave à l’hôpital. « Son état hélas, ne nous laisse que peu d’espoir », avait alors annoncé  le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, lors d’une allocution en ouverture de « la conférence citoyenne ».

Selon un communiqué du procureur de la République de Lyon, le fonctionnaire de police se trouvait « dans le coma ». Il est malheureusement décédé ce 13 janvier dans l’après-midi.

« La police lyonnaise est sous le choc », a réagi Alternative Police (CFDT)  qui décrit un collègue syndicaliste « discret, apprécié de tous ». « Lorsque que l’on sait qu’on ne risque pas grand-chose lorsqu’on outrage,  lorsqu’on agresse le policier, tout est donc permis et on n’a plus peur de lui  jusqu’à commettre le pire… C’est inacceptable, la justice doit condamner plus fermement ceux qui s’en prennent aux policiers », a réagi auprès de l’AFP le  délégué général du syndicat policier Alliance, Frédéric Lagache. « Nous ne sommes pas de la chair à canon… ça devient insupportable »,  a-t-il encore estimé.

En 2018, 11 policiers sont décédés dans l’exercice de leurs fonctions, quatre lors d’opérations, sept sur leurs heures de travail dans en dehors de missions opérationnelles, selon les derniers chiffres disponibles de l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ).

Source : LCI.

A lire aussi sur notre site :
Policiers et gendarmes blessés en mission : une hausse significative en 2018

Deux gendarmes sérieusement blessés lors d’une arrestation à Mayotte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *