sur

A Nice, Emmanuel Macron présente ses propositions sur la sécurité

Photo Valery HACHE AFP 10/01/2022

Généralisation des amendes forfaitaires, doublement de la présence policière dans les transports, formation cyber… En déplacement à Nice, lundi, le président de la République a déroulé ses propositions à propos de la sécurité.

Devant des élus et des associations, le président de la République a réitéré son intention de vouloir « doubler les policiers sur le terrain d’ici 2030 ». Cette mesure viendra en complément de la création des 10 000 postes de forces de l’ordre depuis le début du quinquennat, a-t-il précisé.

Création de brigades de gendarmerie en milieu rural

Il a aussi annoncé la création de 200 brigades de gendarmerie en milieu rural afin de « remettre de la tranquillité dans les quartiers les plus ruraux ». « Les expérimentations conduites dans plusieurs départements ont prouvé l’efficacité du système, qui rapproche les forces de l’ordre de la population dans des territoires où l’empreinte des services publics est faible », a-t-il ajouté. M. Macron a ensuite dévoilé la mise en place d’une « force d’action républicaine » qui sera déployée « dans les quartiers qui connaissent des difficultés » afin d’« aider à démanteler les principaux points de deal ».

Généralisation des amendes forfaitaires

Emmanuel Macron a également annoncé une généralisation des amendes forfaitaires délictuelles (AFD) pour les délits sanctionnés par des peines inférieures à un an de prison.

Le chef de l’Etat a dit vouloir ainsi tripler à 300 euros l’amende pour harcèlement de rue, un acte qui sera qualifié de « délit », et entend doubler la présence policière dans les transports « aux horaires où les agressions sont le plus constatées »., dans le cadre d’une future loi sur la sécurité (Lopmi). 

Il a, par ailleurs, annoncé le doublement en cinq ans du nombre des enquêteurs préposés aux violences intrafamiliales, portant leur nombre à 4 000. Le président Macron a, en outre, promis que la future loi sur la sécurité augmenterait de 200 le nombre des intervenants sociaux dans les commissariats et les gendarmeries pour atteindre un total de 600.

Formation cyber pour lutter contre les attaques numériques

Le chef de l’Etat veut également la création de 1 500 « cyberpatrouilleurs » supplémentaires et d’une école de formation cyber pour lutter contre les attaques numériques, dans le cadre d’un plan d’investissement d’un milliard d’euros. L’école de formation sera créée au sein du ministère de l’intérieur pour former les policiers, les gendarmes et les agents des services de renseignement « sur cette thématique en constante évolution », selon l’Elysée.

Par ailleurs, le chef de l’Etat a annoncé la mise en place d’un équivalent numérique de « l’appel 17 », afin que chaque citoyen puisse signaler en direct une cyberattaque (virus, piratage, etc.) et être mis immédiatement en relation avec un opérateur spécialisé.

Quinze milliards en plus sur cinq ans

Autant de dispositifs qui pourraient être intégrés à la future loi d’orientation et d’orientation du ministère de l’intérieur (Lopmi) pour les années 2022-2027, pour laquelle Emmanuel Macron prévoit Une augmentation de budget de 15 milliards d’euros.

Source Le Monde

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par pandore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

La police lance un appel à témoins après la disparition inquiétante d’une fillette de 12 ans

Vœux du directeur général de la gendarmerie nationale