dans

Affaire Jubillar : des fouilles souterraines à Cagnac-les-Mines, près du domicile du couple

  •        

Près de dix mois après la disparition de Delphine Jubillar, les recherches n’ont jamais cessé à Cagnac-les-Mines. Elles pourraient bien avoir pris un nouveau tournant depuis hier 5 octobre avec la présence d’une unité spécialisée en spéléologie de la gendarmerie sur le secteur de Cagnac-les-Mines. Un fourgon du peloton de gendarmerie de haute montagne d’Oloron-Sainte-Marie (PGHM) a été vu devant la brigade de gendarmerie de cette commune. Selon les informations de La Dépêche du Midi, des fouilles ont été menées à proximité du domicile du couple Jubillar.

Des militaires du groupe spéléo de la gendarmerie nationale (GSGN), appelé également groupe d’enquêteurs en milieu souterrain (GEMS), qui dépend du PGHM basé dans les Pyrénées-Atlantiques, étaient sur place. La gendarmerie n’a jamais caché que les recherches se poursuivaient ponctuellement, dans des veines souterraines difficiles d’accès en particulier, à proximité du domicile des Jubillar. La Dépêche du Midi l’expliquait dans son reportage paru dimanche dernier, “le passé minier et la topographie vallonnée de la commune, avec plusieurs bois et des friches impénétrables, rendent les opérations particulièrement difficiles.”

L’AUDITION DE CEDRIC JUBILLAR APPROCHE

Il apparaît donc normal de faire appel à des spécialistes de ce type de recherches. La gendarmerie dispose de deux unités de type GSGN, l’une à Oloron-Sainte-Marie, la plus proche de Cagnac-les-Mines, et l’autre en Isère. Quant à leur présence en ce début de semaine à Cagnac, à l’approche de l’audition de Cédric Jubillar par les deux juges d’instruction toulousaines en charge de l’affaire qui doit intervenir à la mi-octobre, la justice se donne tous les moyens pour tenter de retrouver le corps de Delphine Jubillar. On en veut pour preuve les recherches déjà effectuées il y a quelques semaines dans un puits inscrit dans le cadastre de Cagnac-les Mines. 

SOURCE : LADEPECHE.fr

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par pandore

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement et hélice ;

0

Au volant, alcoolisé avec 4,48 grammes”: comment Vincent Moscato s’est retrouvé dans une publication de la gendarmerie

Une exposition dédiée au centenaire de la gendarmerie mobile -Source GENDINFO-