sur

Corse : tentative avortée d’intrusion dans la gendarmerie de Porto-Vecchio

Une tentative d’intrusion de manifestants dans la gendarmerie de Porto-Vecchio (Corse-du-Sud) a été bloquée vendredi 11 mars, neuf jours après l’agression en prison du militant indépendantiste Yvan Colonna ayant entraîné manifestations et violences en Corse, ont indiqué à l’AFP la gendarmerie et le procureur d’Ajaccio. “Plusieurs dizaines de personnes cagoulées” ont fait une “tentative d’intrusion” sans parvenir à entrer dans la caserne de gendarmerie, a indiqué Nicolas Septe, procureur de la République d’Ajaccio.

Il y a eu “des jets de cocktails molotov” et des “véhicules personnels et professionnels de gendarmes endommagés” mais “pas de blessés”, a ajouté le procureur, précisant qu’une enquête pour “dégradation de biens publics par moyen dangereux” était ouverte, les auteurs encourant “10 ans d’emprisonnement”. Aucune interpellation n’a eu lieu, selon la même source. A l’issue d’une manifestation de lycéens à Porto-Vecchio vendredi matin vers 11h30, environ “150 personnes” se sont rassemblées devant la caserne de la ville qui a été fermée, a relaté à l’AFP une source au sein de la gendarmerie de Corse.

Rapidement, “40 à 50 personnes virulentes et cagoulées ont essayé de pénétrer de force dans la caserne”, en vain, a-t-elle ajouté. Ces individus ont ensuite essayé d’entrer par l’arrière de la caserne “mais ont été maintenus à l’extérieur”, selon la même source qui a précisé que “le maire de Porto-Vecchio”, l’autonomiste Jean-Christophe Angelini, était venu “pour contribuer à calmer un peu les choses”. “Pendant deux heures, 30 à 40 personnes sont restées sur place, voulant toujours en découdre, mais ont été maintenues à l’extérieur de la caserne”, a-t-elle précisé, ajoutant que les manifestants ont quitté les lieux à 14 heures et que des renforts de gendarmerie sont arrivés. “Ils s’en sont pris au bâtiment des familles où logent parents et enfants, avec notamment des vitres cassées”, a regretté cette source, précisant que le portail et les systèmes de vidéo protection avaient été détériorés.

Jeudi soir, à Ajaccio, trois voitures avaient été incendiées et des dégradations perpétrées contre du mobilier urbain et des caméras de vidéo surveillance, a indiqué à l’AFP une source policière. Cinq interpellations ont eu lieu. A Bastia, une vingtaine de personnes ont jeté des explosifs artisanaux et incendiaires en direction de la préfecture et les forces de l’ordre ont essuyé “des tirs de billes de plomb”, a ajouté cette source. Un CRS a été blessé. Une grande manifestation est prévue demain dimanche à Bastia.

SOURCE : LA PROVENCE avec AFP

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par pandore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Les prix des carburants s’envolent: alerte aux vols

Violences en Corse : le commandant de la gendarmerie de l’île se dit “préoccupé”