actualités brèves sécurité société

Démantèlement d’un vaste trafic d’or

Plusieurs opérations judiciaires, conduites entre le 19 mai et le 23 juin, dans le cadre d’une enquête de la section de recherches de Dijon et de l’office central de lutte contre la délinquance itinérante, ont permis de démanteler un réseau international de trafic d’or.

21 personnes interpellées

Les gendarmes ont interpellé 21 individus et saisi au total près de 30 kg d’or, d’une valeur marchande avoisinant 1,5 million d’euros, 110 kg d’argent, 127 000 euros en espèces ainsi qu’une douzaine de véhicules.

Courant 2019, les enquêteurs de la Section de recherches (S.R.) de Dijon décèlent l’existence d’un réseau de collecteurs d’or implanté sur le secteur de Beaune, où d’importantes quantités du métal précieux seraient fondues et conditionnées sous forme de lingots, avant d’être expédiées en Belgique, pour y être écoulées dans des officines spécialisées dans le rachat d’or.

Un réseau très structuré

Dès les premières semaines, leurs investigations, appuyées par des surveillances techniques, révèlent un réseau très structuré de plus grande ampleur, impliquant également d’autres collecteurs dans la Marne et une filière d’écoulement en Allemagne.

Selon le communiqué de presse de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Nancy, il s’agit « d’un vaste marché illicite d’or organisé de manière pyramidale », avec des collecteurs d’or récupérant « auprès de voleurs, des bijoux qu’ils fondaient pour constituer des lingotins. Des ramasseurs étaient ensuite chargés de récupérer ces lingotins pour les vendre à une société de rachat d’or localisée en Allemagne. »

L’or ainsi récolté proviendrait de cambriolages commis dans le sud, dans l’est et dans le nord-est de la France.

Les 21 personnes interpellées ont été mises en examen des chefs de recel en bande organisée de vols, de blanchiment aggravé et de participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation de délit punissable de la peine de 10 ans d’emprisonnement. Douze d’entre elles ont été placées en détention provisoire et neuf sous contrôle judiciaire.

Source GendInfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *