actualités société

GENDARMERIE : APPLIQUER LES CONSIGNES

Encore plus fortement mobilisés depuis les annonces de samedi, les gendarmes de Savoie doivent faire appliquer les consignes et notamment la fermeture des commerces non-essentiels. En soumettant ses personnels à une « application stricte des gestes barrières », le Colonel Chantereau appelle au civisme.

Il dirige 650 hommes et femmes gendarmes en Savoie et même 800 en ce moment en saison hivernale. 48 heures après les annonces de fermetures des commerces non-essentiels et des domaines skiables notamment, le patron des gendarmes en Savoie en appelle au civisme de tous.

« En station ce n’était pas toujours très simple de faire comprendre les fermetures car le temps était superbe et les terrasses bondées » dit le Colonel Guillaume Chantereau.

Est-ce qu’il a été toujours facile de faire respecter ces fermetures ?

Colonel Guillaume Chantereau : « En station ce n’était pas toujours très simple car le temps était superbe et les terrasses bondées. Globalement, cela s’est plutôt bien passé avec des personnes compréhensives, mais parfois il a fallu être plus ferme à certains endroits.

On avait aussi à faire à des patrons qui voulaient se voir présenter l’arrêté ministériel (arrivé quelques heures après les annonces du premier ministre). Une fois le document en main dimanche après-midi ce fut plus simple ».

Comment ça se passe s’il y a des personnes récalcitrantes ?

Colonel Guillaume Chantereau : On est dans une première phase de pédagogie, on en appelle au sens civique. Je comprends bien que la saison ici en Savoie compte énormément pour l’économie, je mesure le sacrifice que ça demande mais c’est vraiment un effort de la nation qui est sollicité. On en appelle au civisme de tous.

Pouvez-vous sanctionner avec des amendes si les gens ne respectent pas ces fermetures ?

Colonel Guillaume Chantereau : Oui, les choses sont en train d’être précisées, et on pourrait rentrer dans un volet plus contentieux et amenés à réprimer les gens qui ne respectent pas cet arrêté. Mais j’espère que l’intelligence va s’imposer.

Comment sont protégés les gendarmes en Savoie ?

Colonel Guillaume Chantereau : Le chef que je suis doit assurer la protection de nos concitoyens et celle de mes personnels militaires. Dans l’esprit des gens, la gendarmerie, c’est ce qui marche quand plus rien ne marche, c’est essentiel pour moi. On l’a vu lors du passage du cyclone Irma par exemple dans les Antilles (les premières patrouilles qui sont sorties étaient des gendarmes).

Dans ce cadre là, je mets en place dans la gendarmerie de Savoie un plan de continuité de l’activité. Cela suppose d’appliquer très strictement les gestes barrières, la distanciation sociale aussi (laisser un mètre entre chaque personne). Donc il faut limiter les interactions entre les personnels et les unités.

J’ai suspendu les formations, les réunions, les rencontres par exemple. Nous allons mettre en place des roulements dans les unités, réfléchir à un fonctionnement différent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *