dans

BONNE ANNEE 2021

Les vœux du général RODRIGUEZ à la gendarmerie.

« Jusqu’à la fin, l’année 2020 ne nous aura laissé aucun répit, jusqu’au décès de trois des nôtres le 22 décembre. En Gendarmerie, nous sommes habitués à affronter les crises, mais l’année qui vient de s’achever a encore repoussé le curseur, tant les épreuves ont été exceptionnelles et, surtout, simultanées.

Je pense, évidemment, à la tragique disparition de nos trois camarades, le lieutenant-colonel Cyrille Morel, le major Rémi Dupuis et le gendarme Arno Mavel, deux jours avant Noël, dans le village de Saint-Just. Trois des nôtres qui se sont sacrifiés pour sauver la vie d’une femme menacée et protéger les habitants de la folie meurtrière.

Alors que l’année s’achève dans la tristesse, nous pensons à nos camarades disparus et à leurs familles et leurs amis, frappés par un deuil brutal.

En notre nom à tous, je veux leur redire qu’ils peuvent compter sur nous : nous ne les abandonnerons pas ! La Gendarmerie est une grande famille et, dans une famille, on se serre les coudes. C’est la cohésion qui nous tient debout, la fraternité d’armes. C’est l’unité de notre Maison, à laquelle nous sommes tous attachés, quel que soit notre grade ou notre statut.

Il y a eu l’épidémie inédite de COVID-19 qui est venue bouleverser aussi bien nos habitudes de travail que notre vie de famille. Il y a eu la menace terroriste, le maintien de l’ordre public, les violences dirigées contre les forces de l’ordre. Il y a eu des catastrophes, comme la tempête Alex qui a frappé, dans les Alpes-Maritimes, nos camarades des vallées de la Roya et de la Vésubie. Et puis, bien sûr, en parallèle, il y a toutes vos missions de sécurité quotidienne, que vous accomplissez au plus près des Français.

Je sais combien tout cela a pu être épuisant, avec une pression très forte sur vos épaules. Il a fallu se retrousser les manches partout sur le territoire. S’adapter, inventer souvent, improviser parfois. Il y a eu des moments de doute, de fatigue, de découragement peut-être. C’est humain ! Tout est priorité, et ce n’est pas tous les jours simple à gérer, j’en ai bien conscience. Et pourtant, vous y parvenez.

Parce que chacun d’entre vous, je le sais, donne le meilleur de lui-même. Ce que vous faites, peu sont capables de le faire. C’est la raison pour laquelle on vous en demande tellement : parce qu’on sait que l’on peut compter sur vous.

Parfois même jusqu’au sacrifice ultime, comme à Saint-Just. Car aucune intervention n’est anodine, et la violence extrême peut surgir à tout moment. C’est avec émotion que je pense à tous nos morts – à Cyrille Morel, Rémi Dupuis et Arno Mavel, bien sûr, mais aussi à Mélanie Lemée, Joachim Kaczmarek, Maud Le Gall et Eric Charles –, à tous nos blessés, ainsi qu’à leurs familles. Notre métier comporte des risques et, ces risques, nous les assumons. C’est là notre fierté de militaires.

Car, à l’instar de nos camarades disparus, chacun d’entre vous, chaque gendarme, est un héros du quotidien.

Malgré le contexte difficile, vous avez donc tenu bon. En métropole, outre-mer et à l’étranger, gendarmes d’active et de réserve, militaires de tout statut et personnels civils, dans la diversité de vos métiers, vous avez répondu présent pour le pays, pour la population, sur tous les fronts à la fois. Avec une force d’engagement, une disponibilité, une capacité de résistance hors du commun. Avec une seule et unique ambition : faire votre devoir.

Je n’oublie pas vos familles que la période n’a pas non plus ménagées. En temps normal, il est déjà difficile pour elles de vous savoir exposés, mais en temps de crise l’inquiétude est encore plus forte. D’autant plus qu’elles ont dû, en certaines circonstances, se mobiliser à vos côtés pour organiser la solidarité. Car nos familles ne partagent pas seulement nos vies : elles partagent aussi nos valeurs.

Alors, oui, en 2020, les épreuves ont été exceptionnelles, mais votre mobilisation a été extraordinaire. Au moment où une nouvelle année commence, je veux donc tout simplement vous dire Merci ! A chacune et à chacun d’entre vous, bravo pour tout le travail accompli ! Je suis fier de vous !

Quand les repères s’estompent autour de nous, il faut toujours en revenir aux valeurs essentielles. C’est la meilleure façon de résister à l’air du temps. C’était déjà ma conviction profonde, mais la crise épidémique est venue la renforcer en soulignant à quel point ce retour à nos fondamentaux était plus que jamais impératif.

Patriotisme, sens du devoir, exemplarité et discipline, souci du collectif, cohésion et solidarité : ce sont nos valeurs et nous en sommes fiers ! Elles nous invitent à nous dépasser et nous aident à affronter l’adversité. Dans un monde fracturé, elles sont chaque jour plus actuelles. Quand on les suit, on ne se trompe jamais.

En 2021, les défis ne manqueront pas, soyez-en sûrs. Préparons-nous donc à redoubler d’efforts pour « Répondre présent, pour la population et par le gendarme ».

Quoi qu’il arrive, nous sommes et nous serons toujours debout. L’amour du pays nous anime, et le sens de la mission nous tient. Chaque jour, nous donnons tout ce que nous sommes pour protéger les Français. Et nous allons continuer. Premières lignes et derniers recours !

Je sais pouvoir compter sur vous et sur votre engagement, quelles que soient les épreuves, comme vous pouvez compter sur ma détermination. Je crois en nos forces et en nos talents. Je crois en notre collectif soudé par les valeurs. Je crois en notre formidable richesse humaine.

Au seuil de l’année nouvelle, je vous adresse, ainsi qu’à vos proches tous mes vœux les plus sincères et les plus chaleureux de bonheur personnel et d’engagement professionnel ! »

Source Gendarmerie nationale.

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par pandore

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement et hélice ;

0

Le conseil d’État autorise le fichage des opinions politiques ou appartenances syndicales.

Un gendarme de 27 ans se tue dans un accident