sur

Cyberattaques: pourquoi il est essentiel de porter plainte

Pour enquêter sur les cybercriminels, les forces de l’ordre ont besoin de données techniques, nombreuses et récentes. Mais pour récupérer ces informations, elles ont besoin que les victimes déposent plainte. Or, aujourd’hui, à peine une victime de rançongiciel sur 267 se déclare en commissariat ou en gendarmerie. Pourtant, les autorités peuvent apporter leur expertise, gratuite, dans les premières heures de l’incident. Et si elles accédaient à des données nombreuses, elles pourraient plus facilement sanctionner les cybercriminels. 

Un dépôt de plainte toutes les 267 cyberattaques par rançongiciel réussies. Cette estimation du service statistique de la gendarmerie expose un bilan bien maigre à l’heure où la cybermenace devient de plus en plus pesante sur les entreprises. Il faut dire que ces dernières n’ont aucune obligation de déclarer leur incident aux forces de l’ordre : la seule contrainte imposée par la loi est de déclarer la violation du système informatique à la Cnil – l’autorité des données – sous 72 heures.

Pourtant, sans l’ouverture d’une enquête judiciaire, les chances – déjà très faibles – de récupérer les données volées ou l’éventuel argent de la rançon deviennent nulles. « Nous insistons sur le dépôt de plainte car si les victimes agissent vite et en grand nombre, nous pourrons faire du recoupement et mieux cerner les cybercriminels », avance à La Tribune le major Florent Peyredieu, gendarme spécialiste des rançongiciels au sein du centre de lutte contre les cybercriminalités numériques (C3N).

SOURCE : LA TRIBUNE

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par pandore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Deux gendarmes blessés après l’attaque d’un distributeur automatique

228 km/h à moto au lieu de 130 km/h.