dans

Innovation. Un drone conçu à Rennes pour survoler les scènes de crimes

La petite entreprise rennaise Inanix est spécialisée dans la conception de drones sur mesure à usage professionnels. Son appareil baptisé Hangi vient d’être récompensé par l’Agence de l’innovation de Défense (AID). Parmi ses autres projets : un drone capable de filmer en totale autonomie un voilier pendant une course au large.

Une caméra volante et motorisée, accroché à un ballon gonflé à l’hélium : ça paraît simple, mais fallait y penser… Et surtout le concevoir. C’est ce qu’a réussi la tout jeune et petite entreprise Inanix avec Hangi, un drone de reconnaissance de scènes de crimes pour l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN).

Un petit appareil développé pendant deux ans avec quatre officiers du pôle judiciaire de la gendarmerie nationale (PJGN). Ce système a été récompensé il y a quelques jours dans le cadre du Prix de l’Audace, décerné par la fondation Maréchal Leclerc de et organisé par l’Agence de l’innovation de défence (AID). Plus d’une trentaine d’innovateurs issus des trois armées, de l’état-major des armées, de la Direction générale de l’armement et de la gendarmerie, participaient à ce concours d’innovations.

« Le  drone Hangi est une première mondiale, selon Aurélien Tricault, dirigeant fondateur d’Inanix, car il remet en cause le principe  selon lequel tout auteur d’un crime laisse sur les lieux de son forfait des traces et emmène des éléments de ce milieu qui est le fondement de la police scientifique ». La caractéristique première du drone est qu’il n’émet pas de turbulence ou de flux d’air vers le sol et préserve ainsi la scène de crime.

Le système comporte un drone de 100 g, équipé d’une caméra et d’une batterie de 45 g, et surmonté d’un ballon d’hélium d’un poids de 90 g. Il dispose d’une autonomie de 30 minutes et permet à des enquêteurs d’effectuer une reconnaissance d’une scène de crime sans interférer avec l’environnement. Le pilote est équipé de lunettes d’immersion qui lui permettent de diriger le système, de procéder à de premières constatations et de réaliser une vidéo à 360°. Cette vidéo est téléchargée au retour du drone et partagée.

SOURCE : OUEST France

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par pandore

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement et hélice ;

0

Polynésie : il joue au gendarme pendant trois ans avant d’être arrêté

Une enquête en cours après une altercation entre le maire et un groupe d’individus