dans

Joggeuse retrouvée : une audition “plus poussée” de la jeune fille ce vendredi 12 novembre pour faire avancer l’enquête

Trois jours après les faits, les conditions de sa disparition demeurent mystérieuses. Pour tenter d’éclaircir ces circonstances, Lisa, la jeune joggeuse de 17 ans retrouvée mardi en Mayenne après avoir été recherchée pendant près de 24 heures, sera entendue ce vendredi par les enquêteurs, selon une information du Parisien confirmée ce jeudi à LCI.  

La jeune femme, retrouvée vivante mais “en état de choc”, n’a été entendue qu’une seule fois jusqu’ici, lors de son hospitalisation. Elle a indiqué à cette occasion avoir été enlevée par deux personnes dans une camionnette verte, a confirmé à LCI une source proche de l’enquête. Il s’agit cette fois d’une audition plus poussée et plus précise.

Toutes les pistes restent sur la table

À ce stade, toutes les pistes restent sur la table. De nombreuses zones d’ombre subsistent sur les conditions dans lesquelles la jeune fille a disparu lors d’un jogging dans la forêt de Bellebranche où elle avait l’habitude de se rendre. D’après les données de l’application Strava, qui suit les déplacements des sportifs grâce aux données GPS, la jeune femme a couru 1 kilomètre lundi à Saint-Brice contre une boucle de cinq kilomètres habituellement. Son parcours s’arrête au carrefour de trois routes de campagne.

Mardi soir, le parquet avait indiqué que les investigations sur le lieu des faits touchaient à leurs fins. Un travail d’auditions, de réquisitions et de vérifications était mené pour retracer le déroulement de la journée de cette lycéenne, qui a pu retrouver sa famille.

Source : Le Pandore et la Gendarmerie

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par pandore

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement et hélice ;

0

Oise. Une hausse du nombre de personnes droguées au GHB constatée par la gendarmerie, qui alerte

Haute-Garonne : un gendarme blessé au visage dans la gendarmerie de Villefranche-de-Lauragais, l’agresseur en fuite