dans

L’association GENDXXI réagit à l’adoption du texte sur la sécurité globale


La loi de sécurité globale permet de mieux encadrer certains aspects juridiques.
Dans le domaine des captations d’images l’expérimentation mise en place pour les polices municipales fera qu’elles auront plus de moyens d’action que la gendarmerie ou la police nationale qui elles seront directement contraintes par le texte. 
Les limitations dans l’utilisation des drones nous semblent déraisonnables. 
Leur utilisation doit être liée aux besoins opérationnels et non à une potentielle infraction pénale.

GendXXI craint que la loi exacerbe les inégalités entre villes «riches» et quartiers défavorisés.
Depuis plusieurs années nous voyons l’état se désengager de ses missions régaliennes. Les citoyens payent, via leurs impôts locaux, pour pallier au manque de personnels dans la police nationale ou la gendarmerie nationale.

Ce désengagement pose un véritable enjeu sur l’égalité de service proposée sur l’ensemble du territoire.
Cette réforme conduira à reporter la délinquance sur les territoires les moins à même de répondre aux enjeux financiers et incitera l’état à poursuivre son retrait. 
Les services nationaux seront toujours moins dotés en effectifs et en moyens alors que la population augmente fortement en zone gendarmerie notamment.

Cette vente à la découpe concerne également le domaine du privé, devenu un appui incontournable du continuum de sécurité, malgré les risques que représentent des forces de sécurité toujours moins bien formées, moins bien payées.

Cette approche très anglo-saxonne vient à contre temps. 
Alors que la société se divise, que les tensions se renforcent, que les violences augmentent, la réaction des parlementaires propose plus d’inégalité, moins de cohérence avec des services nationaux, locaux et privés, services dont les intérêts ne seront pas toujours convergents.  
La sécurité des français n’est pas un produit. La marchandisation des services publics a déjà irrémédiablement endommagé nos hôpitaux, fragilise notre système scolaire et demain, pourrait remettre en question notre sécurité.

Frédéric LE LOUETTE

Président de GendXXI

Frédéric Le Louette, président de GendXXI

Source Le Pandore et la Gendarmerie

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par pandore

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement et hélice ;

0

Une nouvelle loi antiterroriste présentée dans un contexte alourdi par l’attaque de Rambouillet

Tribune de militaires : le chef d’état-major des armées souhaite la « mise à la retraite d’office » des signataires en activité