dans

Puy-de-Dôme : les gendarmes saisissent des plants étiquetés « cannabis » dans une grande surface

Vendredi 28 mai, les gendarmes de Volvic, ont mis la main sur 400 plants étiquetés « cannabis » dans 7 enseignes du département, dont 200 dans une grande surface.

C’est une affaire peu banale que les gendarmes de la brigade de Volvic, près de Clermont-Ferrand, ont traitée. Ils ont appris que 200 plants en pots étiquetés « cannabis » allaient être mis en vente dans une grande surface du secteur.

Un communiqué publié jeudi 10 juin par la gendarmerie indique : « Sur directives du parquet de Clermont-Ferrand, ils sont rapidement retirés des rayons et l’enquête permet d’identifier un fournisseur dans le Puy-de-Dôme qui aurait revendu au total 400 plants d’origine italienne, mis en vente dans 7 enseignes du département. Retrouvés et saisis par les militaires, les plants incriminés ont pour partie été détruits et pour l’autre partie envoyés en analyse pour définir la nature exacte de la variété saisie, et notamment quantifier la présence de THC, caractérisant la nature stupéfiante des produits appréhendés ».

Des professionnels entendus

Les professionnels impliqués dans cette affaire ont été entendus par les gendarmes de la compagnie de Riom, appuyés par la section de recherches et les enquêteur « nouvelles technologies » de Clermont-Ferrand.

Dans le communiqué, les gendarmes rappellent : « Si chacun sait que les stupéfiants sont interdits à la vente et la détention, il est rappelé que le commerce de tout produit dérivé du chanvre doit respecter la réglementation en vigueur, et que la vente de toute plante désignée comme « cannabis » est strictement prohibée en France ».

Une enquête est toujours en cours et a été confiée aux gendarmes de Volvic.

Source France Info-France 3

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par pandore

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement et hélice ;

0

Emmanuel Macron giflé : La sécurité a manqué d’anticipation affirme Christian Prouteau

À vélo, il suit son GPS et prend l’autoroute pour regagner Lyon