sur

Référendum en Nouvelle Calédonie: Un scrutin sous haute protection

2000 gendarmes et policiers ont sécurisé l’opération référendaire et les 307 bureaux de vote du territoire. Ils ont veillé au maintien de la sécurité des Calédoniens et au bon déroulement du scrutin. Ce qui, semble-t-il, a été le cas.

Pour cette troisième consultation, le général de division Christophe Marietti, commandant des forces de gendarmerie a été spécialement rappelé, pour gérer le dispositif de sécurité de la consultation. Il avait quitté le territoire il y a six mois.

Un dispositif important

Le dispositif était articulé autour de trois composantes : la gendarmerie territoriale, en charge de la sécurité publique, 15 escadrons de gendarmerie mobile dédiés au maintien de l’ordre et des unités d’intervention spécialisées. Leurs missions : assurer la sécurité des opérations de vote, la sécurisation du ramassage des plis et la bonne réalisation des procurations. à noter que les capacités judiciaires ont été renforcées, pour traiter sans délai les faits liés à des troubles de l’ordre public. 

A cela se sont ajoutés des moyens matériels : 130 véhicules, 30 engins blindés et du matériel divers comme des systèmes d’information et de communication. Enfin 250 soldats ont été en renfort, pour un effectif habituel des Forces armées en Nouvelle-Calédonie de 1 500 militaires. Avec 2 hélicoptères Puma et un avion de transport Casa, avec leurs équipages. 

Enfin le Bougainville, habituellement basé à Tahiti est présent en soutien maritime. 

SOURCE : NOUVELLE CALEDONIE 1 (par Alix Madec)

Écrit par pandore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’ANCIEN MAIRE DE PAIMPOL MIS EN EXAMEN POUR VIOL AGGRAVÉ

Utilisation de la e-cigarette: Cigaverte vous explique tout ce que la loi autorise ou pas…