sur

Trafic de drogue : une opération inédite à Marseille mobilise 550 CRS et gendarmes

Une opération inédite de lutte contre les trafics de stupéfiants s’est déroulée début juillet à Marseille. Une expérience qui pourrait se développer ailleurs en France.

Ce sont 550 CRS et gendarmes mobiles qui sont venus en soutien des forces de l’ordre marseillaises pendant trois jours pour « pilonner » les points de vente de drogue, à plusieurs endroits de la ville, mais aussi sur d’autres communes des Bouches-du-Rhône comme Arles, Port-de-Bouc ou Martigues.

Une trentaine de cités marseillaises ont été visées en trois jours

45 opérations ont été menées, parfois simultanément, dans une trentaine de cités marseillaises des quartiers nord et sud, mais aussi des actions de surveillance autour du Vieux-Port. Grâce à ce renfort équivalent à quatre fois les forces habituellement en présence à Marseille, plus de 3.000 personnes ont été contrôlées, 29 personnes interpellées, 199 personnes verbalisées et 40 véhicules gênants sur la voie publique enlevés par la fourrière. Par ailleurs, plusieurs kilos de cannabis ont été saisis ainsi que neuf véhicules volés découverts. 

« La tranquillité de dizaine de milliers d’habitants des quartiers nord, sud, du Vieux-Port de Marseille, des cités d’Arles, Martigues et Port-de-Bouc, pour empêcher des violences n’a pas de prix. » – Frédérique Camilleri, préfète de police des Bouches-du-Rhône

« L’ampleur des moyens nous a permis d’être présents simultanément sur de nombreuses cités où il y a des trafics (…) la présence simultanée de forces mobiles était utile pour mettre un coup d’arrêt aux trafics », explique la préfète de police des Bouches-du-Rhône Frédérique Camilleri. À chaque fois, ces points de deal ont été visés en fin d’après-midi ou en soirée, quand les chiffres d’affaires des trafiquants sont les plus élevés et peuvent générer des dizaines de milliers d’euros.

L’expérience marseillaise est appelée à se développer ailleurs en France. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin souhaite créer 11 nouvelles unités de forces mobiles sur le territoire, qui pourraient ainsi intervenir en renfort d’autres forces de police, à chaque fois que cela est nécessaire, avec cette méthode du « pilonnage » des points de vente, expérimentée à Marseille depuis plusieurs mois.

SOURCE : France BLEU

Écrit par pandore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les gendarmes du GIGN sauvent un homme de 88 ans de la noyade dans le canal du Midi

Rodéos urbains : Gérald Darmanin promet 10.000 opérations de contrôle