sur

Un agent des impôts tué dans le Pas de Calais: ce que l’on sait de cette affaire 

©PHOTOPQR/VOIX DU NORD/PASCAL BONNIERE ; 21/11/2022 ; Bullecourt , le 21 novembre 2022 Bullecourt: Une partie du village bouclée par les forces de l’ordre après une rixe qui a fait un mort

Un agent du fisc de 43 ans a été tué lundi 21 novembre après avoir été séquestré avec un collègue dans le cadre d’un contrôle fiscal chez un brocanteur qui s’est ensuite donné la mort à Bullecourt, un petit village de 250 habitants dans le sud d’Arras (Pas-de-Calais). 

Ce qu’il s’est passé

Vers 18h15 lundi, les gendarmes sont alertés par un témoin de la présence d’une femme ligotée à une chaise au domicile d’un habitant du bourg. Arrivés rapidement sur place, les gendarmes découvrent effectivement la femme entravée, mais aussi le corps d’un homme, vraisemblablement tué à coups de couteau. Les premières investigations établissent que la victime est un inspecteur des impôts de 43 ans, qui était accompagné d’une collègue, « ligotée sur une chaise et profondément choquée », ajoute une source proche de l’enquête.

Les deux fonctionnaires auraient été séquestrés alors qu’ils effectuaient un contrôle fiscal chez ce brocanteur. Ce dernier s’est suicidé par arme à feu. Son corps a été retrouvé dans une dépendance de la maison. « Au moment de l’arrivée des gendarmes, les deux hommes étaient morts », précise une autre source.

La section de recherche de la gendarmerie des Hauts-de-France a été saisie dans le cadre d’une enquête de flagrance pour assassinat..

Qui sont les victimes ?

La victime était chef de brigade de vérification dans le Pas-de-Calais. Sa collègue retrouvée ligotée, une « vérificatrice » selon France Bleu, est une femme de 38 ans.

Qui est le brocanteur ?

Le brocanteur, divorcé et père de deux enfants, « était arrivé dans le village il y a quatre ans », détaille le maire du village, Éric Bianchin. « Il avait acheté une ferme rue de Quéant, où il faisait des ventes chez lui. Il vidait les maisons, les vide-greniers et revendait chez lui », précise l’édile. « C’est un petit village, tout le monde se connaît. Je n’ai jamais eu de problème avec lui, il était serviable, c’était une personne lambda. 

Le contrôleur« faisait simplement son travail »

« Cet homme faisait simplement son travail (…) Aujourd’hui, il n’est pas revenu. Il a été tué dans le cadre de ce contrôle fiscal », a déploré lundi en milieu de soirée devant le Sénat le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal.

Les collègues de la victime, qui travaillait pour « la direction départementale des finances publiques (DDFIP) du Pas-de-Calais et plus largement tous les agents des finances publiques sont ce soir bouleversés et en deuil », a-t-il ajouté, dénonçant « un drame innommable ».

Le ministre a indiqué qu’il se rendrait à la DDFIP d’Arras ce mardi matin. « Ce soir, le service public a le visage de ce chef de brigade », a-t-il insisté, avant d’inviter à un moment de recueillement « en son hommage » dans l’hémicycle.

SOURCE : LE PARISIEN

Écrit par pandore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il incendie sa maison, tire sur les gendarmes et fonce sur eux avec son fourgon

« Je ne veux plus prendre de risques inutiles » : la gendarmerie présente une application dédiée aux maires en cas d’agression