dans

Un militaire du GMHM et un guide trouvent la mort en montagne

Un membre des secours en montagne de dos

Deux alpinistes expérimentés qui n’avaient plus donné signe de vie depuis mardi ont été retrouvés morts mercredi matin dans le massif du mont Blanc,  confirmant une information du Dauphiné Libéré.

Max Bonniot, un caporal-chef du Groupe militaire de haute montagne (GMHM) âgé de 31 ans, était en service au moment de l’accident, accompagné de Pierre Labbre, 38 ans, guide de haute montagne à la Compagnie de Chamonix.

Sur Twitter, la 27e brigade infanterie de montagne déplore la perte d’un « frère d’altitude et (de) son compagnon de cordée ». « Toute la communauté des Troupes de montagne s’associe à la peine des familles et leur adresse ses sincères condoléances », ajoute le message.

Les corps des victimes ont été découverts par les gendarmes sur un glacier situé à 2200 mètres d’altitude lors d’une reconnaissance aérienne qui n’avait pu être menée en raison du brouillard.

Selon le Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix, en charge de l’enquête, les deux hommes auraient dévissé et effectué une lourde chute de plusieurs centaines de mètres alors qu’ils avaient entamé l’ascension de l’Aiguille du Plan par une voie peu fréquentée.

La cordée avait quitté le refuge du Plan de l’Aiguille mardi matin au lever du jour pour débuter l’ascension. C’est le Groupe militaire de haute montagne, inquiet de n’avoir aucune nouvelle des deux hommes, qui a contacté le PGHM le soir vers 22 heures. Mercredi soir, des investigations étaient toujours menées par le PGHM de Chamonix pour tenter de déterminer les circonstances du drame.

Photo France Bleu

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par Pandore

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement et hélice ;

0
portrait du Général Bruno Jockers

Un nouveau Major Général

Ille-et-Vilaine : un réseau de cambrioleurs géorgiens démantelé et jugé