sur

Après la disparition d’un couple dans les Deux-Sèvres, la piste criminelle privilégiée

Depuis fin novembre, Kevin Trompat et Leslie Hoorelbeke n’ont plus donné signe de vie après une soirée chez un ami, dans le village de Prahecq. Le soir de sa disparition, le jeune homme aurait été en possession de 10 000 euros.

L’enquête sur la mystérieuse disparition de Kevin et Leslie change de tournure. La piste criminelle est désormais privilégiée, a annoncé le parquet de Poitiers (Vienne). Parmi les hypothèses explorées par les enquêteurs, figurent «l’enlèvement, la détention ou la séquestration». Le parquet de Niort, où l’enquête avait débuté, s’est dessaisi «le 27 décembre» du dossier au profit du «pôle d’instruction criminelle de Poitiers».

Un appel à témoin a été diffusé le 15 décembre dernier :

Les parents de Kevin Trompat avaient déjà évoqué l’hypothèse d’un enlèvement et d’une séquestration dans la presse. Le jeune homme de 21 ans et sa compagne de 22 ans sont introuvables depuis la nuit du vendredi 25 au samedi 26 novembre. Après avoir passé la soirée chez un ami à Prahecq (Deux-Sèvres), commune de la campagne niortaise, ils devaient dormir dans la maison voisine d’un autre amie, qui a rejoint une rave party. Les affaires du couple, abandonnées sur place, laisse à penser qu’ils étaient arrivés à destination. Depuis, ils n’ont plus donné aucun signe de vie.

Photos abandonnés dans un container

Un premier signalement a été fait par leurs proches dans une gendarmerie le 3 décembre, qui a lancé un appel à témoins sur les réseaux sociaux. Le 8 décembre, les enquêteurs ont découvert un brevet de sécurité routière et des photos de vacances appartenant à Kévin Trompat et abandonnés dans un container de recyclage à Puyravault (Charente-Maritime), à 80 km du lieu de leur disparition. Une information judiciaire a été ouverte le 12 décembre pour «disparition inquiétante».

Selon sa belle-mère Karine Prate, Kevin Trompat avait, le soir de sa disparition, près de 10 000 euros en liquide sur lui et devait, selon elle, se rendre à Bordeaux le lendemain pour acheter une voiture, bien qu’il ne dispose pas du permis de conduire.

SOURCE LIBERATION

Écrit par pandore

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un gendarme invente son agression à la caserne, il est condamné à de la prison

La gendarmerie et la Guardia Civil démantèlent un énorme trafic de drogue international près de Gérone