actualités sécurité

Les gendarmes résolvent une enquête pour viol, vieille de 21 ans !

Une nouvelle fois, la persévérance des gendarmes a payé. C’est au démarrage d’un cambriolage dans une menuiserie, que cette enquête pour viol vieille de 21 ans a été relancée.

C’est au départ d’une enquête pour cambriolage dans une menuiserie de Poitiers dans la Vienne, que cette enquête pour viol se remet en selle. Cette entreprise, cambriolée durant l’été 2019, voit les habituels prélèvements ADN se faire pour les besoins de l’enquête.

Tandis que les enquêteurs exploitent les traces ADN prélevées sur le site, les gendarmes se sont aperçus que l’une d’elles, découverte sur un simple emballage de bonbon, coïncidait avec l’ADN d’un violeur inconnu.

En effet, cette affaire non-résolue figurant depuis plus de vingt ans dans la base de données du Fichier national des empreintes génétiques (FNAEG) n’avait jamais apporté de preuve suffisante jusqu’alors.

Un homme âgé de 67 ans soupçonné et écroué

Cette correspondance entre les deux ADN non identifiés a conduit les gendarmes à relancer l’enquête sur ce viol.

Les soupçons des enquêteurs se sont alors portés sur un homme de 67 ans, qui n’est autre que le père de l’exploitant de la menuiserie cambriolée.

Une fois les confirmations apportées par les différentes analyses entre les ADN, le suspect a reconnu le viol qu’il a commis en octobre 1998. Celui-ci a par ailleurs expliqué son geste.

À l’époque il avait placé des rondins de bois en travers de la route pour forcer les voitures à s’arrêter. Il en avait alors profité pour avoir une relation sexuelle non consentie avec une jeune automobiliste de 21 ans.

Le parquet a précisé que « le suspect, qui avait le visage dissimulé par une cagoule, avait surgi. Il l’avait ligotée. Elle avait été violée dans la voiture. Le suspect avait ensuite pris la fuite à pied ».

Entendu comme simple témoin par les gendarmes au moment des faits

À l’époque des faits, en 1998, l’homme avait été entendu comme témoin par les gendarmes de la brigade de recherches de la gendarmerie de Châtellerault, car il était le voisin de la victime.

« La victime, une mère de famille, s’est dite soulagée, heureuse de ce dénouement, mais aussi en grande souffrance  » a ajouté le procureur.

Le procureur de la République de Poitiers, Michel Garrandaux et la colonelle de la compagnie de Châtellerault Sophie Périgord ont fait savoir que l’homme a été mis en examen et incarcéré ce mardi 15 octobre.

Source :L’ardennais
https://abonne.lardennais.fr/id101629/article/2019-10-16/lemballage-dun-bonbon-permet-de-resoudre-un-viol-vieux-de-21-ans-dans-la-vienne
Photo : France 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *