dans ,

Mer, plages et ferries sous haute surveillance

La gendarmerie maritime (GMAR) de Méditerranée a adapté ses activités à la crise sanitaire du coronavirus. Des missions centrées sur l’application des mesures de lutte contre le Covid-19 mais pas uniquement.

Plus de 2.000 contrôles et plus de 80 infractions relevées depuis le 16 mars entre Menton et Saint-Cyr, en passant par la Corse. Depuis le début du confinement, les missions de la gendarmerie maritime, qui travaille en partenariat avec la Marine nationale sous le commandement du préfet maritime Laurent Isnard, ont quelque peu évolué.

“Nos missions prioritaires sont évidemment centrées autour de l’application des différents arrêtés qui concernent le Covid-19, explique le colonel Jean-Guillaume Remy, en charge de la GMAR Méditerranée. La navigation de plaisance, les sports nautiques, l’accès au littoral et aux plages sont interdits, nos militaires veillent chaque jour au respect de l’application de ces consignes.”

Ça commence à être respecté

Une réglementation qui a eu un peu de mal à être comprise dans un premier temps. “Le premier week-end du confinement, on avait encore beaucoup de monde sur les plages et sur l’eau, continue le gendarme. Désormais, ça commence à être respecté. On a sûrement une prise de conscience des gens.”

image d’illustration

“La pêche professionnelle est autorisée, les navettes de transport, la SNSM également. C’est vraiment une restriction qui concerne la plaisance.” Pour autant, si la surveillance du littoral et de la mer occupe beaucoup les gendarmes, ils n’en délaissent pas le reste de leurs missions. “Comme le littoral et la pleine mer sont presque à l’arrêt, nous devons avoir une vigilance accrue sur la délinquance d’opportunité, précise le colonel Remy.

C’est la seconde mission renforcée des gendarmes maritimes en cette période de confinement. La délinquance de proximité ne doit pas s’installer et nous y veillons particulièrement.” La modification des missions prioritaires des militaires ne laissera pas de répit à ceux qui voyaient dans le confinement une faille. “Nous faisons beaucoup de surveillance .

Mais l’arrêt du tourisme de plaisance, qui est une grande part de notre activité, nous permet d’accroître la vigilance sur, par exemple, le braconnage. On ne fait pas que du “Covid” et nous ne serons pas plus tolérants sur la délinquance d’opportunité, bien au contraire.”

Des contrôles pour la Corse

Outre les missions en mer, les gendarmes maritimes réalisent également des missions à quai. Des patrouilles à deux-roues – VTT et moto – arpentent le littoral.

En outre, des opérations de contrôles sont réalisées quotidiennement au niveau de l’embarquement des passagers pour la Corse. Elles sont réalisées par le peloton de sûreté maritime et portuaire toulonnais en partenariat, avec la police nationale.

“Tous les jours, les gendarmes contrôlent ceux qui embarquent, précise le colonel Remy. Ils n’interdisent pas pour autant aux voyageurs qui ne sont pas en règle de prendre les bateaux. En revanche, ils informent la population qu’il y a des arrêtés supplémentaires en vigueur dans certaines parties de la Corse et qu’elle s’expose à des verbalisations en arrivant sur place. C’est un gros travail de pédagogie.

A relire dans notre journal : Les gendarmes de Grasse contaminés au coronavirus

SOURCE : NICE MATIN

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par pandore

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement et hélice ;

0

Coronavirus : Richard Lizurey renforce l’équipe d’Edouard Philippe

GendLifeTv, la chaîne Youtube pour mieux vivre le confinement