dans

Un militaire accusé de viol à l’Élysée, la justice ouvre une enquête

Une information judiciaire a été ouverte après une accusation de viol à l’Elysée. Un militaire est visé par cette accusation.

Cette information judiciaire a été ouverte le 12 juillet dernier après qu’une militaire a porté plainte au commissariat du 8e arrondissement de Paris le 1er juillet.

Une plainte après un pot de départ à l’Élysée

Au moment de sa plainte, elle a expliqué avoir été victime de violences sexuelles dans des locaux de l’état-major particulier de l’Élysée, en marge d’un pot de départ de trois collaborateurs, et bien après le départ du chef de l’Etat Emmanuel Macron qui avait prononcé un discours en début de soirée.

“Une jeune militaire, qui assistait auparavant au pot de départ, dit s’être vue imposer des violences sexuelles par un homme, lui aussi militaire” et “sous-officier”. “Les deux militaires sont affectés à l’état-major particulier, travaillent ensemble au quotidien et se connaissent”, écrit Libération.

L’homme accusé placé sous le statut de témoin assisté

Le militaire accusé de viol a été placé sous le statut de témoin assisté par le juge d’instruction chargé de l’enquête, selon une source judiciaire.

Comme à Libération, l’Élysée a indiqué à l’AFP ne “jamais” commenter “les affaires judiciaires en cours”, tout en précisant que “dès que les faits ont été portés à la connaissance des autorités, des mesures ont immédiatement été prises : écoute, soutien et accompagnement de la victime, affectation immédiate, loin de l’Élysée, de la personne incriminée”. Le ministère des Armées n’a pas souhaité commenter dans l’immédiat.

SOURCE : LIBERATION/France INFO

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par pandore

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement et hélice ;

0

Haute-Garonne : un gendarme blessé au visage dans la gendarmerie de Villefranche-de-Lauragais, l’agresseur en fuite

Joggeuse disparue en Mayenne : la jeune fille reconnaît “avoir menti” et “ne pas avoir été enlevée”