dans ,

Trois jeunes condamnés pour avoir frappé un gendarme en civil

Une comparution immédiate le 2 septembre à Limoges a abouti pour trois jeunes gens à de la prison avec sursis après une altercation avec un gendarme.

Ce devait être un soir de fête, lors d’un marché de producteurs dans une commune Haute-Vienne, ce fut une soirée mouvementée qui s’est mal terminée pour un gendarme en civil, venu se détendre avec sa famille.

Ce soir-là, quelques jeunes boivent plus que de raison et font un peu de grabuge. Un gendarme en civil, de repos à ce moment-là, leur demande de se calmer. Mais le ton monte entre ce dernier et trois de ces jeunes. Tant et si bien que le gendarme se fait insulter. « On ne savait pas qu’il était gendarme », plaideront les jeunes, bien que ledit gendarme ait fait état de son métier.

Le ton monte tellement que l’un d’eux porte un coup au visage du militaire, lequel avait entre-temps appelé ses collègues. La victime souffrira de contusions constatées par un médecin à l’hôpital de la ville. Deux jours d’ITT. Il n’y aura pas d’autres coups échangés, le trio est arrêté, le gendarme porte plainte. Il a été frappé sous les yeux de sa fille de neuf ans, laquelle, depuis, ne veut plus voir son papa partir travailler : elle a peur pour lui.

Le parquet estime que ce n’est pas une simple bêtise, mais des faits graves qui méritent six mois de prison avec sursis et un stage de citoyenneté.

Sursis

Finalement, le tribunal condamne deux des jeunes à deux mois avec sursis et un stage de citoyenneté, et l’auteur du coup à quatre mois avec sursis et un stage de citoyenneté. 

La victime réclamait 1.500 € de dommages et intérêt, elle a obtenu 800 €. Un autre gendarme, insulté, a obtenu les 50 € qu’il demandait.

SOURCE : LE POPULAIRE du centre

Qu'en pensez-vous ?

Écrit par pandore

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement et hélice ;

0

De faux employés d’ERDF et de faux policiers ciblent les personnes âgées à leur domicile

Leur âge les trahit : deux fraudeurs au pass sanitaire verbalisés dans le Doubs