sécurité

RUSSIA 2018 : l’ordre russe face au « chaos » français

Une fois l’euphorie de la victoire de l’équipe de France passée, on ne peut s’empêcher de se poser certaines questions, voire de dresser un bilan. Les images sont frappantes et d’un contraste flagrant, entre celles d’une coupe du monde très bien organisée en Russie et le chaos en France suite aux scènes de pillage, de casse, d’attaque des forces de l’ordre … Le président de la Fifa a même considéré qu’il s’agissait  de « la meilleure Coupe du monde de tous les temps » en termes de sécurité et d’organisation.

Certains préfèreront ne retenir que les images de la victoire, d’un match fantastique, d’un Emmanuel Macron hilare et faisant un « dab » (mouvement du bras et de la tête ‘’en vogue’’ dans les milieux sportifs et Internet) dans les vestiaires surchauffés d’une équipe de France en liesse, ou encore le bus des Bleus descendant les Champs-Elysées avant d’être reçus par le président. D’autres évoqueront que la grande majorité des rassemblements populaires en France a eu lieu dans le calme, et qu’il ne s’agit que de ‘’quelques casseurs.’’ C’est justement ces réactions lissées qui tendent à minimiser certains problèmes importants et empêchent de stopper leur progression. La fameuse politique du « ne pas » : ne pas stigmatiser, ne pas jeter de l’huile sur le feu, ne pas faire d’amalgame, ne pas généraliser, ne pas être ‘’pessimiste’’, … La liste est longue !

france-football

Parce que la majorité d’entre nous voulait fêter cette victoire dans la joie, tout aurait dû être mis en place pour éviter ces comportements qui ont gâché la fête d’une victoire tant attendue. Ces ‘’quelques casseurs’’ ont un pouvoir de nuisance au niveau national. Pour quelle raison le bus de l’équipe de France a descendu les Champs-Elysées en 15 minutes au lieu d’une heure, laissant un goût amer aux supporters qui avaient attendu des heures leur venue, sous un soleil de plomb ? Problème de sécurité ? Retard de leur avion ou peur de débordements ? Il est assez incroyable de penser que les autorités peuvent envoyer la patrouille de France survoler le bus des Bleus qui défile sur les Champs-Elysées, alors que la veille elles étaient incapables de prévenir l’arrivée de casseurs au même endroit… 

On compte 300 personnes placées en garde à vue dans toute la France, uniquement pour la nuit d’ivresse liée à la victoire de la France. A Paris, Lyon, Marseille, Ajaccio, Strasbourg, Menton, Mulhouse, Nantes, Rouen, … Des scènes de pillage, de casse, des attaques de bus, attaques des forces de l’ordre, des journalistes agressés, des «  Fan-zone » saccagées, des restaurants et boutiques ravagés, des voitures de particuliers brûlées, des voitures de police et des ‘’autolib’’ dégradées ou détruites, les drapeaux jetés à terre et souillés,… On regrette aussi de nombreux blessés dans des rixes et, malheureusement, plusieurs décès (noyades, accidents de voiture). Encore une fois, les forces de l’ordre sont agressées et prises pour cible sans raisons précises.

Le malaise des banlieues vat-il encore être pris comme prétexte ? Ou « l’apartheid social et térritorial » comme disait M. Valls ?  Non certainement pas, car l’équipe de France de football est le symbole de l’inclusion, de l’intégration, de la diversité, de l’ascenseur social, du multiculturalisme, du vivre ensemble… En quoi sa victoire devait-elle être synonyme de casse, violence, pillage, attaque ? Que cherchait-on a détruire?

Une police russe préventive qui assure l’ordre public

Lors de l’Euro 2016, on avait assisté à des affrontements d’une violence extrême entre supporters anglais et supporters russes dans les rues de Marseille, causant plus de 30 blessés, dont certains dans un état grave. Ce scénario tant redouté par les autorités russes les a poussées à prendre des mesures drastiques pour assurer l’ordre et la sécurité.  La prévention a été le maître mot de la sécurité du Mondial de football. Tout d’abord une « police touristique » a été créée pour assurer la protection des supporters, et les accueillir, notamment autour des stades. Ces agents parlent plusieurs langues étrangères et ont suivi une formation spéciale. A cela il faut ajouter plus de 700 trains gratuits, au service des supporters, pour rejoindre les stades à travers la Russie.
La Russie avait mis en place un système de « passeports de supporters » ou «  Fan ID », afin de vérifier le profil de chaque supporter et ses antécédents. Ce ‘’passeport’’ obligatoire pour tous les spectateurs des matchs, y compris les résidents russes et les enfants, dispensait les étrangers de visa pour entrer en Russie. Ainsi, des individus ayant déjà fait l’objet d’une interdiction de stade dans leur pays (ou de problèmes d’hooliganisme) n’ont pas obtenu ce passeport et ont été écartés d’emblée. Les services russes de sécurité (FSB) ont également recouru à des actions de prévention auprès des hooligans russes déjà fichés. Ils ont arrêté, avant le début du Mondial, plusieurs hooligans pour interrogatoire, et un marché a été proposé aux plus dangereux : disparaître pendant le Mondial, ou s’exposer à des peines de prison ferme, s’ils participaient au moindre acte de violence lors des compétitions. Une police extrêmement présente, et aux méthodes musclées, a permis d’expulser des supporters dès les premiers comportements douteux repérés. Une tolérance zéro permettant de ne déplorer aucun incident majeur durant ce mondial sans hooligans.

russie-police

En guise d’illustration, les quatre membres du groupe féministe russe Pussy Riot qui ont perturbé  brièvement la finale France-Croatie de la Coupe du Monde en s’introduisant 25 secondes sur le terrain, ont écopé de 15 jours de prison et de 3 ans d’interdiction de stade.

Un des hooligans ayant participé aux confrontations contre les Anglais à Marseille, en 2016, témoignait chez nos confrères de RTL : « On pouvait faire tout ce qu’on voulait à Marseille. Il n’y avait pas de police, ils ne réagissaient à rien… Mais en Russie, pas une mouche ne sera en mesure de passer entre les mailles du filet. Il sera impossible de sortir du rang « .

Collaboration internationale

Le service fédéral de sécurité a collaboré avec les services de sécurité de 32 autres pays, ce qui a abouti, entre autres, à la rédaction d’une liste de 191 supporters étrangers interdits de stade.

Cyber-attaques et terrorisme

Lors d’une conférence de presse, le 16 juillet, Vladimir Poutine déclarait : « Pendant la période de la Coupe du monde, nous avons neutralisé presque 25 millions de cyber-attaques et autres actions criminelles qui ont ciblé des systèmes d’information cruciaux de la Russie; ces actes étaient liés à la Coupe du monde. » Il a par ailleurs indiqué, qu’avant le Mondial, les services de sécurité ont entamé une démarche titanesque consistant à vérifier informatiquement les dossiers de deux millions de personnes pour prévenir toute menace « radiologique, chimique, biologique et explosive » des sites de la Coupe du monde.

Nous vous invitons à lire l’interview de Xavier Raufer parue dans Le « Pandore et la Gendarmerie » n°6, dans laquelle il explique comment combattre ou prévenir les emeutes françaises . LIRE ICI

©Le Pandore et la Gendarmerie
© Photos : facebook – Print écran vidéo – Lenta.ru

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *