actualités

Arnaud Beltrame raconté par ses frères

Il y de nombreux livres, articles, des tentatives plus ou moins heureuses de « parler » d’Arnaud Beltrame. A l’occasion de la sortie du livre écrit par ses frères, Cédric et Damien, Arnaud Beltrame redevient un homme, avant d’être un héros. « Au nom du frère » sort le 09 janvier, et il est le témoignage vivant de cette fratrie, dans lequel Arnaud redevient un frère pour les siens, mais devient aussi, notre frère à tous.

La première chose que l’on peut dire du livre est que ses frères n’ont, à aucun moment, éludé les questions qui fâchent, comme celles qui rassemblent la fratrie. On plonge dans cette intimité qui a gouverné les sentiments de cette famille qui , au fond, ressemble à beaucoup d’autres, mais dont le frère aîné est l’architecte.

Car déjà tout jeune, il se dégage de lui de la détermination. Cédric dira d’Arnaud que, « mauvais perdant », il l’a toujours été, que ce soit pour les jeux de société enfant, ou bien pour des choses qui se dressaient devant lui dans sa vie. Aucun obstacle ne semblait infranchissable. Quand il lui arrivait d’échouer, il cherchait des solutions pour contourner le problème, mais n’abandonnait jamais.

Au fil des pages, on découvre notamment chez Arnaud, des goûts artistiques qui vont du film « les trois frères » des Inconnus, à la musique métal et même, danseur de…. Pogo ! Mais ce qui frappe, c’est que tandis que certaines fratries ne savent pas trouver leur place, chez les Beltrame comme ils le disent si bien, il n’y avait aucun doute. Arnaud était bien l’aîné, Cédric le benjamin et Damien, le cadet. Chacun avait sa place.

Mais ses frères de rappeler que chez Arnaud, il y a toujours eu la volonté d’embrasser des carrières ou des engagements qui tous, mettaient la fraternité au coeur de ses choix.

Arnaud, bercé à écouter les aventures de son grand-père qui avait participé à la guerre d’Indochine, une mère qui très dévouée au bien-être de sa famille, a su très vite reconnaître en son fils, un petit « quelque chose » sur sa nature et son envie de s’immerger dans la vie militaire. Elle fera d’ailleurs de nombreux sacrifices pour l’aider dans cette voie, car la famille est embarquée dans la violence du père qui sera le seul point de désaccord entre les frères, toute leur vie durant. Arnaud voulant comprendre et faire avancer le père sur le chemin de la compréhension, admettre ses torts, Cédric et Damien restant sur leurs positions à son sujet.

Les ascensions et le sport comme un point de ralliement

« La montagne ça vous gagne » vous dirait la pub. Chez les Beltrame, c’est une mise en pratique et pas un slogan. Arnaud, tout comme Cédric et Damien sont tous des athlètes ! Cédric est ceinture noire de Taekwondo et Damien pratique le Krav’maga et est même instructeur. Mais c’est la montagne qui est le théâtre de grandes discussions entre les trois frères, comme si les grands espaces étaient le meilleur moyen de « vider son sac ». Des moments privilégiés avec Arnaud, où chacun à son tour, pourra exprimer ses désaccords, sur la vie familiale et sera poussé dans ses derniers retranchements physiques comme mentaux. De nombreux passages dans le livre, démontre qu’Arnaud ne renonçait jamais, mais poussait aussi ses frères à se dépasser, de la traversée de la Corse, à l’ascension du Mont Blanc, chacun devra aller au bout de ses moyens, mais toujours avec Arnaud comme pilier.

De gauche à droite
Cédric, Arnaud et Damien. En haut à droite, Nicolle, la maman et en dessous, Marielle, sa femme.
Copyright Le Pandore et la Gendarmerie.

Un livre pour tous : Comme un hymne à la vie !

Pour Cédric et Damien, une chose toutefois reste sûre : à aucun moment, Arnaud n’a sacrifié sa vie, ni n’a fait don de celle-ci sans se battre, sans combattre ! Même si les chances étaient infimes, il a fait la chose par devoir, en aucun cas par goût du risque ou sans la conscience qu’il en prenait. Il tenait trop à la vie, à son mariage religieux qu’il préparait avec Marielle et ses frères. Pour eux, tout le reste, c’est du blabla journalistique, du sensationnel, cherchant à faire le buzz.

Il y aurait mille choses à dire sur ce livre. On a parfois ri, comme quand Arnaud plonge dans une mare pleine de moustiques. On a parfois frissonné quand la violence du père s’exprimait contre Nicole ou ses frères. On a été submergé par l’émotion quand chacun vous raconte à sa manière, les derniers instants vécus au moment de l’attaque terroriste jusqu’à la disparition d’Arnaud. Il y a, comme on le disait au début « des livres » sur Arnaud Beltrame.

Mais pour « le Pandore », il n’y en a qu’un à lire, car il est un témoignage d’amour, de joie, de bonheur. Lire « Au nom du frère », reste une plongée dans la fratrie dont vous ne sortirez pas indemne, car après l’avoir lu, nous devenons tous des Beltrame à sa dernière page.

Copyright : Le Pandore et la Gendarmerie
Auteur : Jérémy Armante

Aux éditions Grasset : Prix public 17,00€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *