actualités société

DARMANIN: Hommage à la gendarme Mélanie Lemée

Gérald Darmanin a réservé mardi son premier déplacement en province comme ministre de l’Intérieur à la brigade de gendarmerie de Port-Sainte-Marie, dans le Lot-et-Garonne, et a rendu hommage à la jeune gendarme Mélanie Lemée, tuée samedi soir dernier par un chauffard qui voulait éviter le contrôle routier.

Lors de sa visite il a part ailleurs déclaré :

«Je suis venu rassurer les gendarmes ce soir et leur dire que nous pensons à eux», a lancé Gérald Darmanin, en arrivant devant la gendarmerie, tout près du lieu où la jeune femme de 25 ans a trouvé la mort. «Aujourd’hui, c’est le temps du deuil. Je suis venu dire à l’ensemble des gendarmes de ce département et finalement à l’ensemble de la gendarmerie nationale que nous sommes touchés par ce drame», a-t-il ajouté. «Rien ne justifie qu’une jeune femme qui sert la République au quotidien connaisse ce sort», a-t-il insisté. «Je suis venu dire tout le respect que j’ai pour les forces de l’ordre»

Gérald DARMANIN, Ministre de l’intérieur, le 07 juillet 2020.

La gendarme Mélanie Lemée était originaire de l’Orne, en Normandie. Elle était en outre une sportive de haut niveau, pratiquant notamment le judo.

Elle avait par ailleurs représenté la France aux Mondiaux militaires de judo en 2016 en Suisse. Elle avait été affectée cette année-là à la brigade de proximité d’Aiguillon, non loin de Port-Sainte-Marie, et venait de réussir l’examen d’officier de police judiciaire.

Le chauffard a un lourd casier judiciaire

Lundi, la procureure de la République d’Agen Manuella Garnier avait expliqué comment le chauffard de 26 ans avait percuté la gendarme à plus de 130 km/h alors qu’il roulait sans permis, transportant «vraisemblablement de la cocaïne».

Le suspect, au casier judiciaire chargé pour des affaires de stupéfiants et de délit routier, a été mis en examen pour «homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique», une infraction punissable de la réclusion criminelle à perpétuité. En garde à vue, il a expliqué avoir refusé de s’arrêter parce qu’il conduisait sans permis, sous l’emprise de stupéfiants, et qu’il venait de faire l’acquisition de cocaïne.

Source : Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *